Faces de jam (2020)

C’est avec plaisir que je vous dévoile le teaser de mon prochain court-métrage, réalisé en collaboration avec le Labo TRAD. À l’égard de mon parcours artistique, Faces de jam est une petite lettre d’amour pour ces musicien-ne-s avec qui je joue dans les sessions. Quel bonheur de partager la musique à vos côtés et de regarder comment elle se déploie chez chacun-e et grâce au groupe.

 

Première mondiale 

Cinema on the Bayou Film Festival 2020 (Lafayette, Louisiane)

Je remercie le Conseil des arts du Canada de son soutien.

Première canadienne

Rendez-vous Québec Cinéma 2020 (Montréal, Québec, Canada)

Selection 2020

En collaboration avec le Labo TRAD
Réalisation: Stéphanie Lessard-Bérubé
Direction photo: Martin Beaulieu
Prise de son et conception sonore: Daniel Capeille
Montage: Emma Bertin et Stéphanie Lessard-Bérubé

Affiche réalisée par Marion Vignal

Crédit affiche : Marion Vignal

Synopsis : Le point de vue onirique sur une session de musique traditionnelle québécoise fait de FACES DE JAM une expérience de tous les sens. De l’extérieur, le cercle de jam est un tout. De l’intérieur, il est un créateur d’interactions entre la mémoire, l’apprentissage et l’interprétation. Tel un tableau expérimental, ce film accorde tranquillement en couleurs et en nuances une somme d’individus, d’instruments et de pièces.

Notes d’intention : J’ai toujours été fascinée par les regards dans un jam trad. J’ai regardé la musique avant d’apprendre à l’écouter. Quand j’ai commencé à jammer, je me suis intéressée aux codes qui nous permettent de comprendre le déroulement. Quelle pièce va-t-on jouer? Comment dit-on qu’on l’arrête? Qu’on change de morceau? Quand change-t-on? Qui prend la relève?

Au fil du temps, c’est l’expérience sensorielle et les intériorités qui m’ont intéressées. J’ai demandé à plusieurs musiciens-nes: “Quand tu jammes, tu regardes où?” Les regards interrogateurs et les fous rires étaient des réponses fascinantes et si plaisantes: il y avait bel et bien un film à faire! Quand on se croise du regard, le sourire est spontané, complice. Il n’est pas rare qu’on éclate de rire avec la personne dont le regard est on-ne-sait-où jusqu’à ce qu’il croise le nôtre. L’intériorité, c’est là où la personne est dans sa tête: joue–t-elle un morceau qu’elle maîtrise? Joue-t-elle la mélodie  de la pièce? Y ajoute-t-elle son style particulier? Est-elle en train d’ajouter des arrangements? Est-elle en train de l’apprendre? De la chercher dans sa mémoire? Comment s’y prend-t-elle pour trouver le chemin qui la mènera au morceau? Un cercle compose des artistes amateurs et professionnels, des niveaux divers débutant à expert. La somme des personnalités, des parcours et des expériences crée la dimension unique de la soirée. Les interactions sont un mélange des interprétations et des apprentissages pour en faire un tout organique. C’est fascinant, non?

Inspiration :
le cerveau humain

6 astuces pour améliorer son langage corporel

Recommandation :
Regard sur l’osmose (2015)

Découvrir la culture des sessions, la musique traditionnelle et le patrimoine vivant: